ZOOM SUR LA SEMAINE AFRICAINE DE LA MICROFINANCE 2015

La Semaine Africaine de la Microfinance (SAM) est le rendez-vous annuel des professionnels de la microfinance en Afrique. Elle a pour ambition de devenir l’événement africain majeur de l’année organisé par et pour les professionnels de la microfinance. La SAM vise à être un véritable cadre de réflexion et d’échanges, un forum pour le plaidoyer en matière de pratiques optimales en microfinance afin d’accélérer l’inclusion financière et la croissance économique du continent.

La semaine Africaine de la Microfinance, édition 2015 s’est tenue du 29 juin au 3 juillet 2015 à Dakar, au Sénégal, autour du thème principal «Innover pour accélérer la finance rurale en Afrique».

Cet événement a rassemblé 547 participants, venus de 49 pays (dont 36 pays africains), qui représentaient 300 organisations - 123 IMF, 75 ONG et 50 investisseurs.

Au cours de cet événement, les participants ont  réfléchi de la théorie à la pratique sur  la finance rurale. Ils ont  abordé tous les volets du thème, comme l’analyse des marchés, les mécanismes de financement, la micro-assurance, le financement des jeunes, des femmes, des agriculteurs et les nouvelles stratégies en cours notamment le mobile banking ou finance digitale.

Ils ont également examiné les possibilités de partenariat entre organisations de producteurs, institutions de microfinance et chercheurs agricoles.

La SAM 2015 a permis aux participants de jeter les bases pour promouvoir la finance rurale en Afrique. Les participants se sont convenus de continuer à faire la promotion, la diffusion des technologies de l’information et de la communication

Résolutions majeures adoptées durant la SAM

Conscient que  pour réussir l’inclusion financière, il ne faut plus continuer à s’appuyer sur des guichets ou des agences physiques, les participants ont souligné qu’il est possible d’atteindre le maximum de population avec le téléphone portable. Une personne peut, à partir de cet outil, faire des retraits et des versements. Cette technologie va être promue à travers les pays africains et cela va beaucoup contribuer à améliorer l’inclusion financière des populations les plus pauvres en milieu rural.

L’autre élément à tenir en compte, c’est la nécessité de se rapprocher de ces populations pour comprendre leurs besoins. Aujourd’hui, face aux calamités, 95 % de cette population rurale n’ont pas d’assurance alors qu’elle est exposée aux risques naturels. Cela devrait pouvoir être réglé. Une autre résolution, c’est que les différents réseaux africains puissent se compléter pour éviter d’agir en solo. Il leur  faut unir  leurs  forces et travailler en synergie afin d’être plus efficaces.

Il convient de noter que le RIM était représenté à la SAM.

PUBLICITÉS

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.